Posts à l'affiche

Le réchauffement climatique fait des victimes en Australie

01/08/2016

Le réchauffement climatique est une réalité et ses effets sont visibles aux quatre coins du monde. L'Australie n'échappe pas au désastre. Et comme un symbole, ce sont deux de ses plus grandes attractions naturelles, et arches de vie, qui en subissent les conséquences : la Grande Barrière de Corail et la mangrove.

Etat des lieux d'un massacre [presque] attendu.

 

Les chiffres donnent le vertige depuis le début d'année :

  • 93% de la Grande Barrière de Corail est touché par un phénomène de blanchiment.

  • Des milliers d'hectares de mangrove ont péri en quelques semaines seulement

 

La Grande Barrière de Corail meurent à petit feu

Sur 911 récifs étudiés sur la Grande Barrière de Corail, seuls 68 ont échappé au blanchissement. Voilà le triste constat établi par des scientifiques du Queensland. Selon eux, les récifs du nord-est de l'Australie ont blanchi comme jamais auparavant à cause des températures anormales de l’eau (imputables au réchauffement climatique et accentuées par El Niño qui sévit actuellement). Si certains récifs devraient pouvoir retrouver des couleurs avec le temps, les conclusions les plus dramatiques affirment qu'un tiers des coraux du nord et du centre de la Grande Barrière seraient morts...

Le blanchissement des coraux est un phénomène de dépérissement se traduisant par une décoloration. Il s'explique par la hausse de la température de l'eau qui entraîne l'expulsion des algues symbiotiques qui sont à la base de la couleur et des nutriments des coraux. Ce phénomène quasi irréversible touche également les Maldives, l'Indonésie et la Nouvelle Calédonie.

 

© Crédit photo STR / AFP / Le Monde

 

 

La mangrove du nord-est Australien inquiète aussi

Comme si ça ne suffisait pas, la mangrove Australienne est officiellement inscrite sur la liste des victimes collatérales des changements climatiques. Des images satellites et des survols en hélicoptère le prouvent : la mangrove meurt à vitesse grand V. 

Pour être plus précis, elle a même péri en quelques semaines sur des milliers d’hectares et sur un millier de kilomètres le long du golfe de Carpentarie dans le nord-est de l’Australie. Ce phénomène sans précédent inquiète les experts puisque la mangrove joue un rôle majeur dans la région en filtrant et en purifiant l’eau, limitant ainsi l’écoulent des sédiments dans les océans. Ils restent néanmoins optimistes puisque les mangroves touchées pourraient repousser, selon eux. Le processus sera long (au moins 20 ou 30 ans), mais il n'est pas irréversible comme l'est le blanchiment des coraux.

 

© Crédit photo STR / AFP / Le Monde

 

 

A symptômes dramatiques cause similaire ?

Le blanchissement des coraux et le dépérissement de la mangrove coïncident dans le temps mais les raisons ne sont pas tout à fait les mêmes. Si le phénomène observé sur la Grande Barrière de Corail provient directement du réchauffement climatique, la disparition soudaine de la mangrove proviendrait principalement du manque de pluie tombé ces trois dernières années. La saison sèche a été inhabituellement longue ne laissant à la saison humide qu’un mois, contre trois ou quatre mois habituellement dans cette région du golfe de Carpentarie.

 

Simple bug du climat ou résultante d'une politique qui a rarement favorisé l'environnement ?

 

Article de LF

Please reload

Croisière à Hobart : que visiter pendant votre escale ?

13/11/2019

1/9
Please reload

Com-lancement.jpg
Derniers posts
Please reload

Archives
Please reload